Diagnostic #4 atelier sécurité

31 janvier 2019 0 Par L'équipe

Nous sommes Caen – 7 janvier 2019 – Atelier sur la sécurité

Sentiment général
Les participants se sentent en sécurité à Caen, en tout cas au niveau de la sécurité des personnes.

Cambriolages
Beaucoup de cambriolages ont eu lieu récemment dans deux quartiers de Caen (proches de la gare et du port). Contre les cambriolages, des bonnes pratiques peuvent être recommandées. En cas de cambriolages répétés dans le voisinage, il est possible de demander à la mairie de venir patrouiller dans le quartier pour décourager les récidives

Eclairage
Des participants parlent de « deux poids deux mesures » entre l’éclairage du centre-ville et celui des quartiers (un lampadaire sur deux la nuit). A proximité de la gare, les habitants ont réussi à faire en sorte que l’ensemble des lampadaires soient de nouveau allumés la nuit. La lumière progressive, qui s’allume en détectant les présences, semble être une solution pour limiter la facture énergétique sans engendrer de sentiment d’insécurité.

Vidéosurveillance
La perception du dispositif déployé à Caen (nombre de caméras installées et utilité) varie beaucoup selon les participants mais globalement les habitants manquent de renseignements et de retour d’expérience à ce sujet pour juger l’utilité.

Sécurité des Mobilités
Concernant les voitures, il pourrait y avoir davantage de zones 30, ainsi que des feux clignotants pour avertir de la priorité aux piétons. Il y avait auparavant des agents qui s’assuraient de la sécurité des collégiens au niveau des passages piétons : ces postes ont été supprimés. Au niveau du Boulevard Leroy, la chaussée est dangereuse pour les élèves car certains roulent à toute vitesse.
Concernant les cyclistes, des participants s’interrogent sur les sens de circulation autorisés pour les cyclistes et les autres règles (priorités) qui s’appliquent à eux. Enfin, aujourd’hui, avec les trottinettes et d’autres nouveaux moyens de déplacement, les trottoirs sont parfois aussi dangereux pour les piétons.

Prostitution
Elle s’est réduite par rapport à avant (caravanes cours Montalivet) mais continue en particulier à proximité de l’Orne, vers le port. Un reportage terrible paru dans Ouest France début janvier explique la présence à Caen d’un réseau de prostitution nigérian, où les maquerelles agissent à distance depuis le continent africain, en menaçant les femmes victimes de s’en prendre à leurs proches toujours au pays.

Incivilités/Vandalisme
Des participants citent les voitures souvent garées sur les trottoirs, les crottes de chien non ramassées, les rétroviseurs cassés et les vitres d’abribus cassées. Des agressions verbales dans les transports sont également mentionnées.