Réunion #3 Diagnostic : Comment va Caen ? 03/12/2018 Atelier Transition écologique

12 décembre 2018 0 Par L'équipe

 

Réunion #3 Diagnostic : Comment va Caen ?

03/12/2018

Atelier Transition écologique

 

ATELIER TRANSITION ENERGETIQUE : Lundi 3 décembre, Réunion Nous Sommes CaenAnimatrice : V. Avice
(vit et travaille à Caen, pratique le vélo)

2 tours de table en présence de :
François (habite Caen, travaille à Colombelles)
Stéphanie (travaille à Caen, vit à Caen la Mer)
André (retraité, vit à Caen, pratique le vélo)
Béatrice (vit et travaille à Caen, pratique la marche)
Agnès (vit et travaille à Caen, pratique la marche et utilise le tram)
Julie (vit à Caen, travaille à Mondeville, pratique le vélo)
Bruno (vit et travaille à Caen, utilise le tramway, prend souvent le train pour le Mans ou Paris)
Gilbert (vit à Caen, retraité, marche, utilise un véhicule hybride)
Jacqueline (vit à Caen et travaille à Lisieux, prend le train tous les jours pour s’y rendre)

1 – A propos du vélo

Tous les participants s’entendent pour constater que de plus en plus de personnes se déplacent en vélo, soit pour aller travailler en semaine, soit pour faire des courses le week-end. La politique incitative des indemnités kilométriques développée par certains employeurs (signature de protocoles d’accord) peut jouer.
Certaines artères comme le cours montalivet, la rue caponière ou encore le boulevard dunois sont des endroits véritablement pollués, et ce dès 8h du matin. En outre, Les pistes ne sont pas encore totalement pensées pour les cyclistes, ni pour les piétons ou encore pour les trottinettes : ex, rond- point cimetière St Gabriel, rond-point du Zenith… Ne faudrait-il pas alors repenser le schéma de circulation de vélo dans la ville et ses artères périphériques en associant les usagers directement concernés ?
Le positionnement des nouvelles stations de vélo pose également problème à certains participants qui avaient accès auparavant facilement à ce service dans leur quartier, ce qui n’est plus le cas. Ne faut-il pas multiplier un peu plus les bornes ?
Les participants sont d’accord pour dire que la ville développe les pistes cyclables mais que c’est pertinent à la condition que la ville prenne en compte l’aspect sécurité. Il est constaté, rue caponière, que quand les bus passent, les murs des édifices tremblent, et des morceaux de cheminée, de toit, tombent (vers le numéro 17). Un des participants signale qu’il y a 5 ans encore ce n’était pas le cas.
Il est constaté ainsi beaucoup de circulation sur la ville. Interrogation sur le fait que la voirie tienne le coup. Les nuisances sonores sont alors évoquées pour certains quartiers, notamment ceux situés près du périphérique (ex : HLM au nord de Caen près du calvaire St Pierre) et ceux dont les artères sont peu aérées.

2 – Santé environnement

 

La santé des enfants est ensuite évoquée : dans cet environnement toujours pollué, elle reste préoccupante pour les habitants. Un diagnostic de pollution quartier par quartier ne serait-elle pas la solution, ainsi que penser le déplacement des enfants en ville (ex création d’une piste cyclable qui partirait d’un pôle enfant vers un autre pôle activité enfant).

3 – Végétalisation

 

Les participants n’ont pas connaissance de l’existence de toits végétalisés existants. Peut être est ce prévu avec les nouveaux programmes de construction dans la ville ?? Il en est de même pour les installations solaires : une étude est elle envisagée puisque le taux d’ensoleillement est apparemment très important depuis quelques années sur la ville (réchauffement climatique évoqué)
L’isolation des logements constitue un véritable enjeu, non seulement au niveau local, mais aussi au niveau national. Cela devrait faire partie des défis prioritaires . Existe-t-il des aides municipales pour faire face à ces dépenses ? Apparemment non.
Les participants ont le sentiment que la municipalité n’a pas véritablement de vision claire sur le sujet. L’Agenda 21 semble avoir été envoyé aux oubliettes…

Communication sur les mesures de pollution : bornes signalées sur le port, le périphérique. La liberté de circulation des voitures en ville interroge les participants.

Des aspects positifs constatés sur la ville sont néanmoins soulignés :
La maison du vélo : véritable endroit de partage et d’échanges pour les usagers du vélo
La prairie : à conserver, véritable poumon vert de la ville, fort appréciée des habitants.
La navette électrique gratuite qui sillonne la ville et part du parking près de la prairie pour plus d’incitation à laisser sa voiture aux portes de la ville. Evoqué : faire un 2e point de départ, par exemple, au nord de Caen, ou carrément retravailler ces points d’Est en Ouest.
La chaufferie à bois de la Guérinière
Abris à vélos / bornes de comptage / dispositifs d’aide municipale pour acheter un vélo à assistance électrique (sous conditions de ressources) /dispositif de prêt de voitures électriques…

Questionnement sur une possible incitation au vélo à hydrogène, comme cela se développe à Saint Lô…
Suite à un manque d’information sur la mobilité constatée, ne serait-il pas judicieux de développer un type de conseil mobilité qui donnerait la somme des alternatives (bus, tram, vélo,….) pour traverser la ville de Caen et son agglomération.

Puis différents sujets abordés :
Bornes de recharges voitures électriques : cela se développe en ville (ex parking leclerc…) mais reste encore sommaire en périphérie.
Luminaires en ville : passage en led mais interrogation sur la pertinence de certains éclairages. Des quartiers sont bien éclairés, d’autres beaucoup moins. Ce qui n’est pas rassurant pour les personnes seules.
Jardins partagés : dans certains quartiers cela se développe mais reste timide.
Tram : défaut de signalisation sur le parc relais. Prendre l’exemple de Nantes qui développe une signalétique poussant les citoyens à prendre le tram.
Service de qualité de vie : réduction constatée du nombre de jours consacrés à l’enlèvement des encombrants, notamment en périphérie de la ville. Cela pose souci notamment dans des logements où vivent des étudiants.